18-20 sep 2020
CZKA République Tchèque : Congrès de la CZKA 2020   
2-4 oct 2020
KCF France : Congrès du KCF 2020   
16-18 oct 2020
APK Portugal : Congrès de l'APK 2020    En savoir +

Aphyosemion mimbon

343 vues
12-12-2019

Cette photo est en basse résolution. Les photos en haute résolution sont réservées aux adhérents. Connectez-vous ou adhérez au KCF pour en profiter.
Aphyosemion mimbon
Aphyosemion mimbon BBS 99-22 adulte, Rudolf Pohlmann

fiche Mémo

Groupe
6. Autre Aphyosemion
Qualité de l'eau
Acidité (pH)
6.5 - 7
Conductivité (µS)
0 - 200
L'aquarium
Volume minimum
15 litres
Eclairage
Modéré
Plantation
Normal
Les poissons
Taille
5 - 5.5 cm
Taille
5.5 - 6 cm
Durée de vie
3 ans
Type de pondeur
non-annuel
Répartition géographique
  • Guinée Équatoriale
  • Gabon


Famille :Nothobranchiidae
Genre :Aphyosemion
Espèce :mimbon
Descripteur :Huber, 1977
Origine :Guinée Équatoriale, Gabon
Prononciation :mim-bon
Référence :FT nº1986-098 parue le 1er avril 1986
Signification :mimbon est le nom vernaculaire donné aux poissons du genre Aphyosemion par le peuple Fang installé au Nord et au Nord-Ouest du Gabon.

Populations connues : ACCC 13-511, Acurenan GEML 00-10, Akok GEMHS 00-07, Akong GEMLBJ 03-29, Akorenam GEMHS 00-09, Akork GEML 00-06, Akurenam Casas Soaciales GEMLH 16-20, Akurenam Rio Avispa GEMLH 16-27, Alenasi GEMLBJ 03-25, Alenasi GEMLBJ 03-26, Alensai GEMLH 16-21, Avang LEC 93-19, Ayene GEMLB 02-03, Ayene GEMLBJ 03-30, Bandil GEMLBJ 03-24, Bas-Oveng GEMLBJ 03-20, Bas-Oveng GEMLBJ 03-21, BBS 99-22, BBS 99-23, BBS 99-24, Edoum GCC 13, Edoum GEB 94-25, Efulan GEMLBJ 03-27, G 02-156, G 02-157, G 02-158, G 02-159, GEMLB 02-04, GEMLB 02-05, GEMLB 02-06, GEMLB 02-07, GEMLB 02-08, GEMLB 02-10, GEMLB 02-24, GEMLC 04-05, GEMLC 04-07, GEMLC 04-08, GEMLH 16-24, GEMLH 16-26, GHG 83-01, GWW 86-30, Mbam GEMHS 00-12, Mbini GEMLB 02-09, Médouneu LEC 93-18, Melan GEMHS 00-11, Near Avang PEG 94-45, Ngong GEMLH 16-17, Nkazi PEG 94-03, Nviayong GEMLH 16-22, Nzog Bour PEG 94-44, Obeng GEMLH 16-18, Otong Alam GEML 00-08, Oveng GEML 00-09, PEG 94-02, Río Biqué-Oveng GEMLBJ 03-22, S Mbéla PEG 94-05, San Carlos GEMHS 00-08, Soha GEML 00-07, Soha GEMLBJ 03-23, Soha GEMLH 16-19, Yama GEMHS 00-10, Yama GEML 00-05

Description

Population étudiée : GHG 83/1 Médouneu, récolte de H. GONIN en 1983.


Le dessus du dos est brun vert olive, les flancs sont bleu ciel avec quelques taches brun foncé sur la moitié antérieure et quelques bandes verticales irrégulières de même teinte sur la moitié postérieure. Dans une même reproduction, le nombre de ces bandes peut varier de 3 à 6 suivant les individus. Les bandes inclinées formant le bouclier sur les opercules sont un peu moins marquées que chez la plupart des Aphyosemion. Les nageoires pectorales sont presque transparentes, bordées d'un liseré blanc bleuté. Les nageoires ventrales ont une mince bande ocre jaune au niveau de leur attache près du corps, une partie centrale marron et un liseré blanc bleuté en bordure extérieure. La nageoire anale est identique en coloration. La dorsale, très en arrière par rapport à l'anale, est marron jaune presque transparente et parsemée de quelques taches brunes. La caudale est divisée en trois parties : la partie centrale est marron jusqu'à la moitié du pédoncule caudal, les deux autres parties, supérieure et inférieure, sont ocre jaune avec absence de bandes marginales.
Une particularité des mâles de cette espèce : leurs couleurs ne prennent leur véritable intensité que lorsqu'ils sont excités comme en période de frai, par exemple, ce qui les rend difficiles à exposer dans un concours, mais les transforme en un véritable régal pour les yeux du killiphile qui les maintient et les reproduit.
Les femelles sont toutes d'une taille supérieure à celle des mâles (une tête environ). Le corps est plus cylindrique et de teinte uniforme beige avec les nageoires transparentes.


Comportement

interspecifique : non observé.
intraspecifique : correct sous réserve de ne pas placer un trio, ou même un couple dans un bac trop petit à leur convenance, les femelles plus grosses que les mâles n'hésitant pas à tuer ces derniers ou à s'entretuer. Les parents dévorent leur progéniture même s'ils sont nourris correctement.


Maintenance et élevage

Maintenance : Un bac de dix litres convient bien pour un couple, mais devient un champ de bataille pour un trio.
Caractéristiques de l'eau : TH : 10 ; pH : 6,8 additionnée de 1,5% d'eau salée à 35 g/litre (gros sel de cuisine). Éclairement moyen. Cette espèce craint la chaleur et la température recommandée varie de 20 à 22°C. Au delà de 25°C, il y a risque de déformation morphologique.
Aménagement du bac : argile expansée et feuilles de chêne sur le fond, Microsorium flottantes assez denses, un mop de surface (voir FT. Nº 90, K.R. Nº 1/85) et de la tourbe fibreuse représentant un quart au moins du volume d'eau placée dans un angle de la partie arrière du bac sous le mop de surface. Les poissons sont craintifs, ils se tiennent en permanence dans le 1/3 inférieur du bac et particulièrement dans la tourbe fibreuse ou sous les feuilles de chêne, surtout les femelles. Le bac n'est pas filtré mais aéré au moyen d'un diffuseur réglé à allure modérée. Changement d'1/4 du volume d'eau, toutes les quatre semaines environ.

Reproduction : Pour les raisons citées ci-dessus, il est préférable d'utiliser un couple plutôt qu'un trio et de permuter mâle ou femelle après une ou deux reproductions, si l'on dispose de sujets en excédent. Pour n'avoir pas respecté cette règle, je me suis allégrement offert (involontairement bien sûr) un fiasco de près d'un an avec un trio que m'avait rapporté H. GONIN à son retour du Gabon en juin 1983, trio qu'il avait capturé à son point de pêche Nº3, distant d'une centaine de mètres du point de pêche Nº1 dont notre "grand sorcier blanc qui change la couleur de l'eau" possédait un couple qui pondait.
Je me suis tout de même obstiné pendant encore un certain temps en retirant du bac une des femelles qui avait été répudiée et végétait dans son coin, victime de l'agressivité du mâle et de l'autre femelle, sans obtenir pour autant un quelconque résultat positif : aucune manifestation de frai, pas de ponte, pas d'oeufs, pas d'alevins !!! Restait une hypothèse : le mâle était-il stérile ?
Pour être sûr et avant de sombrer dans le "complexe mimbon", je proposais à mon ami Maurice CHAUCHE d'échanger nos couples, ce qu'il accepta avec sa gentillesse habituelle, et j'installais le couple du point de pêche Nº1 dans le bac d'où je venais de retirer celui du point de pêche Nº3, après avoir remplacé uniquement la tourbe fibreuse.
Une vingtaine de jours plus tard, j'aperçus mon premier alevin aussitôt dévoré par le mâle. J'ai retiré tout de suite la tourbe fibreuse du bac pour la placer dans l'un de mes traditionnels raviers en pyrex ; résultat : 30 alevins, et fin du fiasco et du "complexe". Par contre, le fiasco s'était transporté rue Garibaldi à St Ouen, ce qui semblerait prouver qu'il est possible qu'avec certains sujets stériles, il y a incompatibilité mâle-femelle, ou que ce soit cette incompatibilité qui provoque la stérilité du mâle. Il serait intéressant de poursuivre cette observation qui est très certainement valable pour d'autres espèces que A. mimbon.

Lieu de ponte : Tourbe fibreuse - mop

Elevage des alevins : Les alevins ont une taille de 2 à 3 mm à la naissance. La poche vitelline se résorbe dans les 24 heures après quoi ils sont aptes à se nourrir de nauplies d'artémias et de micro-vers.
La croissance est assez lente : 7 à 8mm à un mois ; 15mm à 10 semaines. Le début de sexuation n'apparaît que vers le quatrième mois et la taille adulte n'est atteinte que vers le dixième ou onzième mois.
En revanche, ils ne paraissent pas aussi fragiles que beaucoup d'autres espèces et leur élevage ne pose pas de problème particulier à condition toutefois de respecter les règles élémentaires des impuretés et déjections ainsi que le renouvellement d'1/3 de l'eau.
Toutes les 2 ou 3 semaines, le bac d'alevins est aéré et comporte des planorbes qui sont des auxiliaires efficaces pour permettre d'espacer les nettoyages. Les juvéniles sont transférés dans un bac plus grand pourvu d'un filtre d'angle et également de planorbes.
Le sex-ratio est bien équilibré pour l'instant.



Origine géographique

Découvert par J.H. HUBER en août 1976 dans la région des Monts de Cristal (Nord-Ouest Gabon). Les points de récolte de cette expédition de 1976 sont Nº52 (Médouneu), Nº53 (à 16 km de Médouneu sur la route de Libreville), Nº54 (village de Akoga), Nº 55 (village de Song à 6 km au Nord de Mela où les poissons sont très rares : seulement 2 individus capturés). La description de l'espèce a été faite à partir des spécimens récoltés à Akoga, point Nº54. VARIABILITE : Cette espèce fait preuve d'une forte variabilité. A la terra typica (pt 54), les mâles sont caractérisés par l'absence de ponctuation et fasciature sur le corps et par des nageoires impaires jaunes unies. La population du point 52 possède des macules rouge sombre sur le corps et l'anale est rouge. La population du point 53 possède sur le corps beaucoup plus de fasciatures et une anale tricolore bleu, rouge et jaune.

Ecologie : Si A. Mimbon est souvent sympatrique de A. herzogi celui-ci affectionne des biotopes plus marécageux. Indications sur trois pêches visitées par J.H. HUBER en 1976 : POINT 52 - MEDOUNEU : Petit marigot à eau très claire. 80 cm de large, moins de 20 cm de profondeur. Le 28 août 1976 à 9h00 : dH : 0,5 ; pH : 5,7. Température de l'air : 23°C. Température de l'eau : 22,7C. Le marigot se présente d'abord comme une source à eau claire et fond sableux. A. herzogi est seul présent, plus loin. On trouve des bras enchevêtrés à fond densément recouvert de feuilles, les deux espèces sont présentent mais A. mimbon semble le plus abondant. POINT 53 - à 16 Km de MEDOUNEU , sur la route vers LIBREVILLE : Mare marécageuse à courant très lent. Une forte odeur de décomposition se dégage, à cause du trempage du manioc. L'endroit est peu ombragé et la température de l'eau atteint 23°C. La profondeur difficile à évaluer à cause de la vase varie entre 20 et 60 cm. Seul A. mimbon est présent. POINT 54 - VILLAGE DE AKOGA, 55 km de MEDOUNEU : Petit ruisseau assez courant, végétation dense sur les bords, fond sableux, avec zones à forte concentration de feuilles, eau légèrement brune. Le 29 août 1976 à 9h.00 : dH : 0,2 ; pH : 6,4. Température de l'air : 22°C. Température de l'eau : 20,8°C. A. mimbon et A. herzogi sont sympatriques.





Bibliographie

• J.H. HUBER - Une chaine de deux Aphyosemion sympatriques dans les monts de Cristal. R.F.A. Nº1 - 1977

Génétique

Données méristiques: D = 13-14 ; A = 16-17 ; D/A = 7-9 ; LL = 30-32 +3
Caryotype: n = 15 ; A = 25
Position systématique: Sous-genre Mesoaphyosemion Radda, 1977. Fait partie du groupe cameronense, avec A. cameronense et A. maculatum, son plus proche cousin.


Conclusion

A. mimbon est une espèce magnifique dont les mâles ne prennent malheureusement leurs véritables couleurs que lorsqu'ils sont excités et qui, de plus, semblent assez capricieux quant au choix de leur femelle pour la reproduction. Il reste aussi à prouver que les femelles, supérieures aux mâles, par la taille, n'en font pas autant.
AUTEUR ; R. LAINE

Les discussions du Forum

Créer une nouvelle discussion
Il n'existe pas encore de discussion pour cette killi-fiche.