18-20 sep 2020
CZKA République Tchèque : Congrès de la CZKA 2020   
2-4 oct 2020
KCF France : Congrès du KCF 2020   
16-18 oct 2020
APK Portugal : Congrès de l'APK 2020    En savoir +

Valencia hispanica

184 vues
11-12-2019

Cette photo est en basse résolution. Les photos en haute résolution sont réservées aux adhérents. Connectez-vous ou adhérez au KCF pour en profiter.
Valencia hispanica
Valencia hispanica sans population adulte, ©Mariano Cebolla

fiche Mémo

Groupe
12. Autres espèces
L'aquarium
Volume minimum
30 litres
Les poissons
Taille
4 - 5 cm
Taille
5 - 6 cm
Type de pondeur
non-annuel
Répartition géographique
  • Espagne


Famille :Nothobranchiidae
Genre :Valencia
Espèce :hispanica
Descripteur :Cuvier & Valenciennes, 1846
Origine :Espagne
Prononciation :Va - lenn – cia ---- is - pa - ni - ca.
Référence :FT nº1982-061 parue le 1er février 1982
Signification :Valencia : d'après la ville de Valence en Espagne ; hispanica : espagnole.

Populations connues : Albuixec, Peniscola

Description

Corps assez trapu. Pédoncule caudal large et relativement court. Oe il est assez grand, dont le diamètre est contenu environ 3 fois et demi dans la longueur de la tête : dessus du crâne plat. Tête écailleuse, bord libre de la caudale arrondie.
Chez le mâle, la nageoire anale est plus longue que chez la femelle ; elle atteint la naissance des rayons de la caudale. Pour les deux sexes, dos brun verdâtre, ventre jaune, corps parsemé de petites ponctuations foncées. Il existe un dimorphisme sexuel relatif à la distribution de la pigmentation.

Mâles : 9 à 12 barres verticales, foncées sur la partie postérieure du corps, des ponctuations foncées s'alignent perpendiculairement aux rayons de la nageoire. Sur le haut des flancs, des taches arrondies marquent plus ou moins nettement une tendance à s'organiser en ligne longitudinale.
Femelles : sur le haut des flancs, taches arrondies s'organisant plus nettement que chez les mâles en lignes longitudinales. Nageoires ne présentant pas de taches en lignes, comme chez les mâles, mais de fines ponctuations.
À l'âge adulte, le mâle atteint 5 à 6 cm, contre 6 à 7 cm pour la femelle.


Comportement

Intraspécifique : les adultes entre eux ont un comportement très satisfaisant : aucune poursuite ne donne lieu à des blessures ou des nageoires endommagées. Ils ont néanmoins la mauvaise habitude de rechercher activement œufs et alevins pour les dévorer.
Interspécifique : Val. hispanica est relativement indifférent aux autres poissons qui l'entourent ; il convient donc parfaitement pour un bac d'ensemble.
Il est préférable de maintenir ce poisson par groupe de 4 ou 6 exemplaires pour qu'ils se sentent plus en sécurité.


Maintenance et élevage

Maintenance : Je maintiens Val. hispanica dans un bac de 30 litres, par groupe de 6 (3 mâles, 3 femelles). Le bac est très planté (Riccia, Microsorium, mousse de Java). L'eau est légèrement salée (une cuillère à soupe pour 10-15 litres d'eau). Le bac est filtré par un filtre plaque servant également à l'aération. Toutes les nourritures sont acceptées avec une préférence évidente pour les proies vivantes.
Ce poisson ne semble pas être particulièrement sensible à un type donné de maladie. Il convient parfaitement pour un bac d'ensemble et peut très bien passer la belle saison dans un bac en plein air

Reproduction : Par manque de temps, je pratique la reproduction naturelle, mais celle-ci n'offre que peu de résultats car les parents recherchent activement œufs et alevins.
Provoquer la ponte nécessite une température minimale de 24 °C. Les œufs de grande taille, 2 mm, éclosent en 10-12 jours et l'élevage ne pose pas de problèmes spéciaux. Les alevins mesurent déjà 5 mm à la naissance.
Dans la nature, la ponte débute en avril et dure jusqu'en septembre.



Origine géographique

Espèce espagnole, répandue en Catalogne, dans la province de Valencia et jusque dans la province du Guadalquivir, aux environs de Séville. Susceptible d'être rencontrée en France, à proximité des Pyrénées. Arnoult (1957), la signale dans les eaux courantes des environs de Collioures (Pyrénées orientales). À noter que certaines populations ont été ramenées de Grèce, Corfou et Albanie (Valencia hispanica letourneuxi). Cette répartition particulière doit probablement avoir pour origine une distribution plus vaste de ce poisson, il y a fort longtemps (Labhart, 1980).

Ecologie : Valencia hispanica fréquente les eaux riches en végétation submergée, les embouchures, lagunes et rigoles du littoral méditerranéen. Régime carnivore (petites proies animales, larves d'insectes). Dans la nature, la reproduction a lieu aux environs de 20 à 25 °C. Les œufs pondus dans la végétation incubent 10 à 15 jours. Aphanius iberus et Gaster aculeatus (épinoche) sont parfois sympatriques. L'introduction depuis plusieurs années de Gambusia affinis pour lutter contre les moustiques contribue grandement à la raréfaction des Cyprinodontidés des côtes françaises et espagnoles.





Génétique

Données méristiques: D = 10-11 ; A = 12-14 ; D/A = 2 ; LL = 30
Caryotype: n = 24 ; A = 46


Conclusion

Val. hispanica est un poisson facile à maintenir autant du point de vue de ses exigences que de son comportement. La ponte n'est pas forcément évidente à déclencher, mais elle est accessible à tous avec un peu de patience.
Tous ceux qui voudront l'introduire dans un bac communautaire n'auront qu'à s'en réjouir.
AUTEUR : J.F. AGNESE

Les articles en rapport avec Valencia hispanica

Les killies méditerranéens

28-07-2019
510
2
Le genre Aphanius, bien que peu prisé par les killiphiles, attirés en général par les cyprinodontidés africains, mérite cependant notre attention....

Les discussions du Forum

Créer une nouvelle discussion
Il n'existe pas encore de discussion pour cette killi-fiche.