27-29 août 2021
KFN Pays Bas : Congrès de la KFN 2021    En savoir +
15-17 oct 2021
APK Portugal : Congrès de l'APK 2021    En savoir +
15-17 oct 2021
KCF France : 47ème congrès du KCF    En savoir +

Aphyosemion bamilekorum

1099 vues
22-08-2019

Cette photo est en basse résolution. Les photos en haute résolution sont réservées aux adhérents. Connectez-vous ou adhérez au KCF pour en profiter.
Aphyosemion bamilekorum Bafounda CLL 03-13
Aphyosemion bamilekorum Bafounda CLL 03-13 adulte, Olivier Buisson

fiche Mémo

Groupe
4. Petits Aphyosemion et Diapteron
Qualité de l'eau
Acidité (pH)
6,5 - 7
Conductivité (µS)
0 - 250
L'aquarium
Volume minimum
15 litres
Eclairage
Faible
Plantation
Dense
Les poissons
Taille
4 - 4 cm
Taille
3,5 - 3,5 cm
Maturité
1 an
Incubation
18 à 20 jours
Durée de vie
2 ans
Type de pondeur
non-annuel
Répartition géographique
  • Cameroun


Famille :Nothobranchiidae
Genre :Aphyosemion
Espèce :bamilekorum
Descripteur :Radda, 1971
Origine :Cameroun
Référence :FT nº 1985-90 parue le 1er février 1985
Signification :Originaire du pays Bamiléké

Populations connues : Badjivan ADL 13-13, Bafounda ABDK 10-336, Bafounda ADGP 11-25, Bafounda BLLMC 05-04, Bafounda CB3SR 07-13, Bafounda CGVPM 15-13, Bafounda CLL 03-13, Bafounda JVC 17-39, Bafoussam, Bamougoum CB 99, GPE 90-30, Mbouda GPE 90-04

Description

Mâle : Longueur totale : 40 mm.
Patron de coloration : brun-chocolat avec le dessin des écailles bien marqué. Suivant l'état d'âme du poisson, des bandes inclinées en forme de "X", légèrement plus sombres peuvent apparaître sur la moitié postérieure des flancs. Contrairement à la majorité des Aphyosemion, le bouclier est presque invisible sur les opercules. Les nageoires dorsale et anale sont plus claires, ponctuées de taches noires et bordées d'un très fin liseré noir. La caudale est identique à l'exception près que le liseré est formé de points noirs qui se touchent lorsque le sujet est jeune (jusqu'à 18 mois environ) et s'écartent lorsqu'il commence à vieillir. Les autres nageoires sont pratiquement transparentes. A noter que ces liserés et points noirs n'existent pas sur les spécimens du points de pêche Nº 3 qui n'ont d'ailleurs jamais été reproduits, la femelle étant morte peu de temps après son arrivée. A noter également, les reflets vert phosphorescent qui apparaissent sur les flancs du mâle lorsqu'il est éclairé à la lampe de poche, ce qui le rend particulièrement attrayant.

Femelle : Taille identique. Corps plus clair. Nageoires sans point ni tache ni liseré.


Comportement

interspécifique : non observé.
intraspécifique : les mâles sont agressifs aussi bien entre eux qu'avec les femelles. Le comportement des femelles entre elles est douteux, particulièrement quand l'une d'elles est l'objet des assiduités du mâle.
Cette espèce réagit très mal et de façon curieuse à un pH au-dessous du neutre (7). Il m'est arrivé lors d'une reproduction d'une trentaine d'alevins de les voir devenir rampants les uns après les autres et jusqu'au dernier moment de la sexuation (4 mois) alors que jusque là, tout le monde se comportait et nageait normalement. J'ai évidement vérifié tout de suite l'eau du bac d'élevage : tout était correct, TH 12, pH 7. Il m'est alors venu l'idée de vérifier l'eau du bac des parents qui se comportaient tout à fait normalement et continuaient de pondre (il y avait même quelques alevins dans le bac qui, eux aussi, nageait normalement). Résultat de la vérification : température : 22°C, DH 4,5, pH 6,2 !!!...
Alors je pose à ceux qui pourront et qui voudront bien y répondre, la question que je me pose depuis ce waterloo aquariophile : l'excès d'acidité peut-il avoir un effet (désastreux, çà c'est sûr!) à retardement sur le développement de l'oeuf, de l'embryon, ou du comportement futur des alevins ou juvéniles sans que les reproducteurs ne manifestent au moins en apparence, de signes de protestations ?


Maintenance et élevage

Maintenance : Je dois tout d'abord préciser que le trio que je possède fait partie des spécimen sauvages rapportées par D. POLIAK et M. CHAUCHE, de leur expédition de décembre 1982 au Cameroun. Il a par conséquent, été installé dans un bac de 12 litres, d'eau de 1° DH (remontée progressivement à TH 6°, pH 7 et salée comme toutes mes eaux à 1,5 ‰). Température maintenue entre 20 et 23°C; 21°C étant la température optimale. Eclairage très moyen. Aménagement du bac : argile expansée et feuilles de chêne sur le fond, racine de tourbière, microsorium flottantes, tourbe fibreuse dans un angle du bac abritée de la lumière électrique avec un mop au-dessus. Mes mops sont réalisés de la façon suivante: un anneau flotteur en tube plastique de 10 mm assemblé aux extrémités par un manchon réalisé avec un morceau de tube plastique de section supérieure ; cet anneau flotteur a le diamètre approximatif d'une mangeoire à vers de vase, j'étale dessus de la mousse de Java que je laisse pendre au centre et sur toute la périphérie sur une hauteur appropriée au type de pondeurs auxquels j'ai affaire. Le bac est aéré par un diffuseur réglé à allure moyenne et non filtré. Les poissons se tiennent en permanence dans le tiers inférieur du bac.

Nourriture : Toutes proies vivantes et congelés adaptés à sa taille

Reproduction : Je n'ai que l'expérience de la reproduction des spécimen sauvages. Ayant distribué toutes mes reproductions au stade juvénile ou subadulte, je n'en ai aucune au niveau des générations F1, F2,... qui peuvent ne pas être évidentes comme cela s'est déjà vu pour d'autres espèces dans d'autres groupes, comme le groupe elegans par exemple.
Cela dit, malgré leur position dans le bac, les poissons pondent au moins autant dans le mop que dans la tourbe fibreuse. Les oeufs ont un diamètre supérieur au mm et sont adhésifs.

Lieu de ponte : Mop, mousse de java et tourbe

Elevage des alevins : Les alevins ont une longueur de 3 mm environ à la naissance. La poche vitelline met au moins 48 heures à se résorber, après ils sont aptes à prendre des nauplies d'artémia et des microvers. La croissance est relativement lente : taille à 1 mois : 10 mm ; à 3 mois : 27 à 28 mm ; à 4 mois : 30 à 32 mm et début de la sexuation, à 8 mois et demi : 40 mm. Aussitôt récoltés, les alevins sont transférés dans leur bac d'élevage contenant une eau à DH 10 à 12 et pH 7, ceci afin de les acclimater de suite à une eau de même dureté que celle de tous mes bacs de reproducteurs (sauf les sauvages).

Incubation : L'incubation dure de 18 à 20 jours à une température de 21°C. J'ai récolté autant d'alevins par la méthode naturelle qu'en incubation séparée. Toutefois dans le cas de la méthode naturelle et par précaution, il est préférable de ne pas laisser traîner les alevins dans le bac. Ceux-ci se tiennent en surface soit dans le ménisque formé par la surface de l'eau et les paroies du bac, soit sous une feuille de plante flottante, soit à la surface du mop.
Leur présence en surface ne dure que quelques heures. Dans le cas de l'incubation séparée, je retire la tourbe fibreuse (et la mousse de Java du mop) que je place dans un ravier en "pirex" transparent contenant environ 3 à 4 cm d'eau dont 50 % d'eau du bac des parents et 50 % d'eau de pluie. Le ravier est modérément aéré avec un diffuseur. La durée d'incubation est identique à celle indiquée ci-dessus, à température égale. Dans quelques reproductions que j'ai gardées jusqu'à l’âge subadulte, avant diffusion, j'ai pu observer que le sex-ratio était à peu près équilibré, avec le plus souvent une majorité de femelles lorsqu'il ne l'était point.



Origine géographique

L'espèce fut récoltée par Radda, le 11 février 1977, dans un ruisseau à débit assez rapide à 9 km au nord Ouest de Bafoussam, le long de la route vers Mbouda. La répartition de cette espèce semble restreinte à la région entre Bafoussam et Mbouda.

Ecologie : C'est un biotope de savane situé sur le plateau Bamiléké (altitude environ 1 000 m). Les poissons habitent des cours d'eau assez importants, dont la profondeur et la largeur ainsi que le courant ne sont pas habituels au genre Aphyosemion.





Espèces vivant à proximité

Bibliographie

Journal de la DKG Nº 7, Juillet 1979.
AKFB Killi-contact Nº 5, septembre-octobre 1977.
KCF KR Nº 1, 11 ème année, février 1984.

Documentation

R. LAINE

Génétique

Données méristiques: D = 13-14; A = 16-18; LL = 27-28
Position systématique: Sous genre Kathetys, Huber 1977. Fait partie avec A. exiguum et A. bualanum du groupe A. exiguum.


Conclusion

Espèce non annuelle qui sans être spectaculaire est beaucoup plus jolie qu'il n'y paraît à première vue.
La maintenance et la reproduction (des sauvages) ne posent aucun problème à condition d'avoir en permanence le pH dans le collimateur.

Les articles en rapport avec Aphyosemion bamilekorum

Les Kathetys

05-02-2020
900
1
Ce sous-gene du groupe Aphyosemion comprend quelques-uns des plus beaux killis circulant dans le hobby grâce à plu­sieurs voyages au Cameroun réalisés ces dernières années par Jean-François Agnèse ou Christophe Aubin et divers accompa­gnateurs.

Contribution à la réactualisation des connaissances relatives au groupe Bualanum

19-04-2020
771
0
Plus de vingt années se sont écoulées sans qu'aucun article relatif au «groupe bualanum » ne soit publié dans le Killi Revue du KCF. En effet le dernier se référant à ce groupe est répertorié dans le Killi Revue n°6 de décembre 1986.

CCP 82

17-11-2019
779
0
Ou en language plus concis : CAMEROUN-CHAUCHE-POLIAK-1982

Les discussions du Forum

Créer une nouvelle discussion
Il n'existe pas encore de discussion pour cette killi-fiche.