Nothobranchius korthausae

489 vues
10-12-2019

Cette photo est en basse résolution. Les photos en haute résolution sont réservées aux adhérents. Connectez-vous ou adhérez au KCF pour en profiter.
Nothobranchius korthausae
Nothobranchius korthausae Mafia Island TZN 08-02 Yellow adulte, Rudolf Pohlmann

fiche Mémo

Groupe
8. Nothobranchius, Fundulosoma, ...
Qualité de l'eau
Acidité (pH)
6 - 7,5
L'aquarium
Volume minimum
15 litres
Les poissons
Taille
3,5 - 4,5 cm
Taille
3 - 4 cm
Durée de vie
12 mois
Type de pondeur
annuel
Répartition géographique
  • Tanzanie


Famille :Nothobranchiidae
Genre :Nothobranchius
Espèce :korthausae
Descripteur :Meinken, 1973
Origine :Tanzanie
Prononciation :kor – ta – ou - ssé
Référence :FT nº 1977-007 parue le 1er août 1977
Signification :Nothobranchius : fausse branchies. Korthausae : en l'honneur de Mme Korthaus qui découvrit le poisson.

Populations connues : Jaribu TZHK 09-06, Kididimo TZ 08-26, Kinungamkele TAN RB 05-48, Kiziko TAN 05-47, Kwachepa TZL 01-03, Kwachepa TZL 01-33, Kwachepa TZL 01-53, Lukwale River TZHK 09-03, Mafia Island, Mafia Island TAN 02-05, Mafia Island TZN 08-02 Yellow, Mafia Island TZN 08-03 Yellow, Mafia Island TZN 08-04 Red, Mafia Island TZN 08-06, Mbezi River TZN 09-09, Rouge, Ruvu Village TAN 05-48

Description

Mâle : La coloration d'ensemble se compose de brun et de jaune, les flancs présentant un reflet bleu vert.
Les écaillures ornées d'une tache bleu-vert forment un motif réticulé (structure maillée). La moitié antérieure du corps présente une réticulation parfaite où le bleu-vert domine sur le brun-jaune.
Sur la moitié postérieure la réticulation devient irrégulière du fait de la présence de minces bandes transversales dont le nombre est très variables d'un individu à l'autre (4 à 10).
Les nageoires dorsale et anale présentent sur un fond jaune de petites taches brun foncé qui s'alignent dans la partie postérieure des nageoires pour former de minces bandes parallèles. Le bord extérieur de ces nageoires est orné d'une frange blanc bleuté.
Le motif de la caudale est constitué d'une alternance de bandes transversales jaunes et brun foncé plus ou moins régulières dont le nombre varie de 3 à 6.
Les nageoires pectorales sont jaune pâle, piquetées de brun, le bord externe étant irisé de blanc bleuté.
Les ventrales sont identiques aux précédentes, la pigmentation foncée étant plus accentuée.
Un cercle jaune brillant très vif entoure la pupille de l'œil. L'iris est bleu vert métallique.
Taille en aquarium : moyenne de 40 mm, maximum de 45 mm.
Femelle : Le corps est gris clair dépourvu de taches et de points.
Les nageoires sont transparentes.
Une nuance jaune très légère dans la coloration d'ensemble, ainsi que le cercle jaune brillant entourant la pupille, les différencient des femelles des autres espèces.


Comportement

Les relations intraspécifiques entre les mâles sont un peu meilleures que celles des autres espèces du genre. Un rapport de force équilibré est possible dans un espace restreint, si les poissons ont grandi ensemble. Un mâle isolé pendant un certain temps tolérera difficilement la présence d'un nouveau venu.


Maintenance et élevage

Maintenance : Depuis son introduction en France en 1974, certaines données biologiques (fertilité, incubation des œufs, mortalité chez les alevins) se sont modifiés de façon importante dans le sens d'une acclimatation à la vie en aquarium.
Actuellement il peut vivre et se perpétuer dans des conditions très variées : TH 2 à 40
Cependant comme beaucoup de Nothobranchius le moment critique est constitué par le transport et l'adaptation à de nouvelles conditions. Il faut le faire très progressivement. Cette espèce est particulièrement sensible à l'Oodinium (velvet). L'usage du sel (une cuillère à café pour 10 litres d'eau) constitue un bon traitement préventif.
L'aquarium spécifique d'une dizaine de litres au minimum, accueillera 1 ou 2 couples. Le fond pourra être garni de tourbe pulpeuse. Une filtration et des changements d'eau partiels sont recommandés.

Reproduction : Cette espèce se reproduit aisément et de façon identique aux autres espèces du genre. Une eau de TH 10 et de pH 7 à 7,4 conviendra. Une température élevée (26 à 30°C) est préférable car les poissons sont plus actifs et plus vivants.
L'accouplement a lieu sur la couche supérieure du substrat. Les œufs sont émis un par un. Bien nourris les poissons pondent de façon continue (moyenne sur un mois : 5 œufs par jour et par femelle). Il est inutile de séparer les couples en vue de la ponte.

Elevage des alevins : Les alevins se nourrissent de nauplies d'Artémia 12 heures après la naissance. Les infusoires sont recommandés. Convenablement nourris les jeunes croissent très vite. La pigmentation colorée apparaît chez les mâles au bout de quinze jours et à cinq semaines les poissons commencent à se reproduire.
La souche que je possédais a présentée des lignes de dégénérescence au bout de quatre générations : déséquilibre dans le rapport nombre de mâles/ nombre de femelles, atteignant 5/1, croissance très lente de certains jeunes et modification des coloris.
Le croisement avec une autre souche semble avoir fait régresser ces anomalies.

Incubation : C'est là le point qui distinguerait, selon certains auteurs, N. korthausae des autres espèces, à savoir la possibilité d'obtenir le développement et l'éclosion des œufs sans période d'assèchement. En fait, au moins deux autres espèces partagent cette particularité. Il s'agit des espèces connues des aquariophiles sous le nom de melanospilus et guenteri.
La méthode est la suivante : les œufs collectés sont placés dans des boîtes plastiques et recouvertes de 5 cm d'eau. L'embryon devient visible après une dizaine de jours.
Les alevins sortent après quatre à six semaines. Il faut parfois les forcer à éclore. Dans cette méthode on suppose que le fait de placer les œufs dans un milieu assez riche en oxygène tient lieu d'assèchement. On ne peut pas parler réellement d'incubation sous eau car si les œufs sont laissés dans l'aquarium non vidé, enfouis dans la tourbe, le développement embryonnaire n'a généralement pas lieu. Personnellement j'utilise la méthode commune qui s'applique à tous les Nothobranchius.
La tourbe est enlevée avec une épuisette fine, puis placée dans un sac en plastique après en avoir extrait l'eau en pressant fortement. Le sac est laissé quelques jours ouvert pour permettre une évaporation complémentaire, puis fermé hermétiquement en laissant un volume d'air et stocké à une température de 18 à 20 °C. Une température basse ralentit le développement embryonnaire. La première mise en eau peut être effectuée 10 semaines après la collecte, la seconde de 4 à 6 semaines plus tard.
Exemple : œufs récoltés du 15.2 au 6.3.76
• 1ère mise en eau le 10. 5 : 10 alevins.
• 2e mise en eau le 27. 6 : 60 alevins.
• 3e mise en eau le 1. 11 : 1 alevin.



Origine géographique

Ile de Mafia, Tanzanie, Afrique Orientale. Les caractères méristiques ne permettent pas de séparer nettement N. korthausae des autres espèces. En revanche la coloration du mâle, à dominantes jaune et brun, est extrêmement différente. C'est une des très rares espèces de Nothobranchius chez laquelle la couleur rouge est absente. L'Ile de Mafia, distante de 40 km de la côte tanzanienne, s'est séparée du continent depuis une période estimée à plusieurs dizaines de milliers d'années (milieu du Pléistocène) isolant probablement l'espèce. Depuis le niveau des océans s'est élevé de 60 mètres.

Ecologie : Nothobranchius korthausae a été capturé dans des marécages et fossés s'asséchant partiellement ou complètement. Les eaux qui présentaient une couleur ambrée (acides humiques) étaient peu minéralisées (dH 0 à 4) et acides (pH 5,8 à 6,4). La température moyenne s'élevait à 28-30°C. Une flore variée de type marécageux abondait : Utricularia, Nymphéa notamment.





Espèces vivant à proximité

Bibliographie

K. ZAHRADKA & FRANK (adapté par SCHUNGG) : reproduction de Nothobranchius korthausae (Aquarama oct. 76, nº36, pages 18-22).

Documentation

AUTEUR KILLIPHILE : J.F. FELS.

Génétique

Données méristiques: D = 16 ; A = 17 ; D/A = 0 ; LL = 23
Caryotype: n = 18 ; A = 21


Conclusion

Une très jolie espèce dont la reproduction est aisée et dont on peut conseiller l'élevage aux killiphiles débutants sous réserve que ceux-ci se soient déjà confrontés avec le problème de l'Oodinium et qu'ils connaissent les méthodes pour le combattre.

Les articles en rapport avec Nothobranchius korthausae

Tanzanie 2001

20-09-2020
209
0
Après mon voyage au Brésil en juin 2000, je me sentais désormais prêt pour l'Afrique.

Les discussions du Forum

Créer une nouvelle discussion
Il n'existe pas encore de discussion pour cette killi-fiche.