Nothobranchius eggersi

1162 vues
25-04-2020

Cette photo est en basse résolution. Les photos en haute résolution sont réservées aux adhérents. Connectez-vous ou adhérez au KCF pour en profiter.
Nothobranchius eggersi
Nothobranchius eggersi Bagamoyo TZH 05-03 adulte, Hristo Hristov

fiche Mémo

Groupe
8. Nothobranchius, Fundulosoma, ...
Qualité de l'eau
Acidité (pH)
5,5 - 7
L'aquarium
Volume minimum
15 litres
Les poissons
Taille
5 - 6 cm
Taille
4,5 - 5 cm
Incubation
4 mois
Type de pondeur
annuel
Répartition géographique
  • Tanzanie


Famille :Nothobranchiidae
Genre :Nothobranchius
Espèce :eggersi
Descripteur :Seegers, 1982
Origine :Tanzanie
Référence :FT nº 1984-089 parue le 1er décembre 1984
Signification :Nothobranchius: fausse branchies.eggersi: dédié à G. Eggers qui, en compagnie de L. Seegers et de C. Kasselman, trouva ce poisson en Tanzanie.

Populations connues : Bagamoyo K 11­-36 Bleu, Bagamoyo TAN 17-52, Bagamoyo TZH 01-52, Bagamoyo TZH 05-03, Bleu, Chamakwese TZ 08-01, Eneo K 11­-44 Bleu, Kanda K 11-34 Bleu, Kibaha TNKS 13-38, Kigongo TAN RB 05-43, Kigongo TAN RB 05-44, Kigongoni K 11-37 Bleu, Kigongoni K 11-38 Bleu, Kilimani TAN 02-15, Kisaki TAN 95-05, Kubiti Utete TZH 12-07, Lasaba TAN 19-24, Makurunge TAN 19-19, Makurunge TAN 19-20, Mohoro K 11-32 Rouge, Mohoro TZ 08-23, Mohoro TZ 08-25, Mtoni TZN 18-16, Mwakanga TAN 19-22, Mwakanga TAN 19-23, Ngulakula TAN 19-17, Ngulakula TAN 19-18, Nyamwage TAN 19-14 Rouge, Nyamwage TZ 08-22, Nyamwage TZN 17-05, Ouest Ruvu-River Bridge FTZ 09-24, Pangani TZ 97-04, Rouge, Rufiji River Camp TAN 02-16, Rufiji River Camp TAN 95-07, Rufiji River Camp TZ 95-07, Rufiji River Flood Plains South FTZ 05-06, Rufiji River TZH 18-17, Ruhoi K 11-33 Bleu, Ruhoi River TZH 18-41, Ruhoi River- old strain TZ 95-11, Ruhoi TAN 95-11, Saadani K 11-40 Bleu, Saadani K 11-41 Bleu, Saadani Kanda K 11­-43 Bleu, Saadani Road TZH 19-06, TAN 95-08, TAN 97-55, TAN RB 05-43, TNKS 13-31, TNKS 13-32, TNKS 13-33, TNT 14-20, TSTS 12-13, TSTS 12-17, TZ 97-57, TZ 99-04, Ukuni TZ 08-27, Utete TNKS 13-29, Utete TZ 97-55

Description

Mâle : La couleur dominante est bleue. Chez les sujets jeunes, ce bleu a des reflets métallisés surtout sur le dos et les yeux. Des stries d'un rouge foncé barrent verticalement la partie postérieure du corps. Il est donc plus bleu dans la première partie, vers la tête et plus rouge au fur et à mesure que l'on approche de la caudale. Les nageoires pectorales sont transparentes, légèrement bordées de blanc. La dorsale et l'anale bien développées, sont bleu pastel, portent des stries et des points rouges et sont ornés d'une belle bordure blanche. La nageoire caudale, d'un bleu plus soutenu, est marquée d'un dessin rouge dont la forme rappelle un peu celle de l'Aphyosémion bualanum, mais l'extrémité est bordée d'une frange blanche ou bleue très claire suivant les individus. Il y a en effet, quelques différences légères d'un sujet à un autre, dans le patron de coloration. Certains sont plus blancs, d'autres plus bleus, tandis que d'autres encore ont un rouge plus soutenu dans la coloration de leur dessin. Il s'agit d'une espèce assez nouvelle en aquarium et il n'est pas impossible que quelques variations se manifestent dans les souches d'élevage au cours des années à venir.
Il existe déjà une variété "rouge". Chez elle aussi, quelques différences apparaissent d'un sujet à un autre quant à l'intensité et l'importance de la coloration, le rouge bordeaux principalement sur le museau qui peut, dans certains cas, envahir presque toute la tête.
Cette souche ne serait pas une mutation mais une espèce très proche de la première.
Femelle :  La femelle, comme pour beaucoup de killis n'a pas de coloration marquée. Elle est beige-rosée avec toutes ses nageoires transparentes, un peu moins trapue que le mâle.


Comportement

Contrairement à beaucoup d'espèce de Nothobranchius, les mâles se tolèrent assez bien entre eux. Il n'y a pas réellement de mâle dominant dans un bac s'il y a 3 mâles et 5 femelles, par exemple. Ils se contentent de s'intimider mutuellement par des parades pour le plus grand plaisir des yeux de l'aquariophile. Je ne peux pas dire quelle réaction aurait N. eggersi avec une autre espèce de Nothobranchius, puisque je les ai toujours tenus dans des bacs bien séparés.
Voici, par exemple, le comportement de trois espèces qui logent dans des bacs côte à côte et, que par conséquent, je peux observer en vue d'ensemble :
1er bac : groupe de jeunes N. eggersi : aucun problème, pas de combats entre les mâles ou de mâle dominant.
2e bac : N. guentheri Zanzibar, 1 mâle et 3 femelles : un second mâle qui était dominé et battu, a dû être enlevé.
3e bac : N. rachiovii, 2 mâles et 3 femelles : Le second mâle est dominé, légèrement plus petit, il a perdu ses couleurs, mais il n'est jamais agressé et ne gêne en rien le déroulement des pontes.
Ce comportement pacifique des mâles de N. eggersi se retrouve également dans la variété "rouge".


Maintenance et élevage

Maintenance : Aménagement des bacs :
Je dis des bacs, parce que ceux réservés aux jeunes sont un peu différents des bacs de ponte des adultes en ce qui concerne la salinité, le TH, la densité des plantes.
Bac des juvéniles :
Eau TH 5° à 10° (5° à l'éclosion), pH : 6,5 à 7. Température : 26 à 28 °C.
L'eau est salée à raison d'une demi cuillère à café de sel pour 10 litres. Un peu de mousse de Bogor, un ou deux pieds de Microsorium fixés sur des racines de tourbières ce qui facilite le déplacement et le nettoyage. Quelques gravillons de pouzzolane terminent le "décor" que je souhaite quelque peu présentable, parce que je n'ai pas de "fishroom" et mon élevage est dispersé dans la cuisine, la salle de séjour et l'entrée.
La filtration est assurée par un pot en verre dans lequel est introduit un entonnoir renversé à l'intérieur duquel est passé un diffuseur d'air. De la laine de verre et du charbon de bois couvert par de la mousse synthétique complètent l'installation.
Ce système économique donne une bonne filtration et une bonne aération.
Un changement d'eau d'un tiers du volume, chaque semaine est indispensable.
Il ne faut pas oublier que l'on est en eau chaude et que les Nothos sont de gros mangeurs. La pollution est par conséquent très rapide.

Reproduction : Bac de reproduction : 20 litres (15 est un minimum).
L'eau est au TH 12 que je passe progressivement à 15, au fur et à mesure des changements d'eau successifs. Elle est salée dans la proportion d'une grosse cuillère à café de sel pour 10 litres. PH : 7,5 ; température : 26 à 28 °C avec des sauts à plus de 30 °C quand l'été est chaud. Dans ce cas, les changements d'eau doivent être très fréquents.
Le système de filtration est le même que pour les bacs de juvéniles. La végétation est un peu plus conséquente en Microsorium.
Une boîte en plastique opaque dont le couvercle est percé d'un trou de 4 à 5 cm de diamètre est chargée d'une couche de tourbe de 3 cm, préalablement bouillie et bien rincée ; elle servira de pondoir.
C'est un avantage d'avoir à faire à une espèce pacifique car il est possible de mettre dans le même bac, plusieurs mâles (3 ou 4) avec 6 ou 7 femelles, on évite la consanguinité qui mène à la dégénérescence. Ne pas oublier avec un tel peuplement, de changer l'eau régulièrement, chaque semaine minimum et de siphonner très souvent le fond du bac. Avec ce nombre de femelles, le pondoir doit être relevé tous les 15 jours.
Je place toujours la boîte de tourbe pulpeuse au même endroit, protégée de la lumière trop vive par un plastique collé par simple humidification sur le couvercle, juste au-dessus.
Les poissons s'habituent vite au pondoir et il y a toujours du "monde" dans la boîte. Le mâle enserre la femelle entre ses nageoires dorsale et anale en une sorte de demi-cercle et en l'obligeant à toucher la tourbe pulpeuse. Les vibrations de l'étreinte permettent à l'œuf, qui mesure moins de 1 mm, d'être recouvert de tourbe et se trouver à l'abri de la lumière et des parents.
La tourbe contenant les œufs est prélevée tous les 15 jours ou tous les mois, suivant le nombre de femelles. Égouttée, elle est placée ensuite dans un pot à confiture dont le couvercle a été percé d'une multitude de trous. Après une dizaine de jours, le pot est vidé au-dessus d'un papier journal et asséchée avec ce papier ou avec une feuille de cellulose (genre rouleau "sopalin"), la tourbe à peine humide est mise ensuite dans un petit sac en plastique opaque étiqueté et placé dans une boîte en polystyrène expansé avec un thermomètre.
Température d'incubation : 21 à 22 °C.

Elevage des alevins : Pour l'éclosion, je verse de l'eau à 22°, TH 5 ; sur la tourbe jusqu'à une hauteur de 2 cm. Dès l'apparition des premiers alevins, je fais une distribution d'infusoires. Le troisième jour, je commence par les nauplies d'artémia. Tous les deux jours environ, j'ajoute 1 cm de hauteur d'eau (eau à TH 10, Temp. 25 °C, préparée à l'avance avec très peu de sel : 1/4 de cuillère à café pour 10 litres).
La croissance est très rapide. Au bout d'un mois, on peut apercevoir le premier mâle. Ils sont en effet, beaucoup plus rapide à grossir et à se colorer et on n'est jamais sûr de l'importance du nombre des femelles. Un beau lot de juvéniles dont les reflets bleus métallisés sont mis en valeur sous un tube fluo est une merveille.
En ce qui concerne la variété "rouge", toutes ces observations sont les mêmes. Je fais très attention de ne pas mélanger les œufs, alevins et adultes des 2 souches qui sont à conserver chacune bien séparément.



Origine géographique

Originaire de marais dans l'ouest de la Tanzanie, près de la rivière Ruhoi. Il fut d'ailleurs appelé, l'année de sa capture en 1980 : N. species Ruhoi. Coordonnées géographiques : 7°51'S. 38°58'E sur la route de Kibiti, Ndundu. Température de l'eau : environ 30 °C ; pH :7.





Espèces vivant à proximité

Bibliographie

• DKG Journal, avril 1983, Fiche Technique.
• Killi-Contact n° 6, 1982

Génétique

Données méristiques: Mâle : D = 13-16 ; A = 15-16 ; sql = 24-29 (+2-3)
Caryotype: n = 18


Conclusion

N. eggersi, espèce récente dans le monde aquariophile, semble plaire aux amateurs de Nothobranchius, elle est toujours présente dans les expositions. Sa beauté, sa relative rusticité, son temps d'incubation moyen et son comportement pacifique qui permet d'élever plusieurs sujets ensemble, sont ses atouts majeurs.
Alors pourquoi les "Nothophiles" sont ils rares ?

Les articles en rapport avec Nothobranchius eggersi

Tanzanie 2001

20-09-2020
255
0
Après mon voyage au Brésil en juin 2000, je me sentais désormais prêt pour l'Afrique.

Description de Nothobranchius rubripinnis

24-05-2020
504
1
Plusieurs expéditions dans la zone littorale de Tanzanie ont prouvé l'existence à ce jour d'un certain nombre d'espèces de Nothobranchius (Seegers, 1985) dont certaines étaient inconnues jusqu'alors.

Les discussions du Forum

Créer une nouvelle discussion
Il n'existe pas encore de discussion pour cette killi-fiche.