Epiplatys guineensis

484 vues
17-09-2019

Cette photo est en basse résolution. Les photos en haute résolution sont réservées aux adhérents. Connectez-vous ou adhérez au KCF pour en profiter.
Epiplatys guineensis
Epiplatys guineensis , Olivier Buisson

fiche Mémo

Groupe
10. Epiplatys, Aplocheilus, ...
Les poissons
Type de pondeur
non-annuel
Répartition géographique
  • Guinée


Famille :Nothobranchiidae
Genre :Epiplatys
Espèce :guineensis
Descripteur :Raymon Romand, 1994
Origine :Guinée

Populations connues : Bangouya GRCH 93-236, CI 94, Guinée 91-01, Paratampa GRCH 93-237, Pütz, Rivière Bagbwe GL 1932, Rivière Meli GL 1932, Sandaru GL 1932, Taéré GCLR 06-08, Taéré GRCH 93-233, Tondon P. 200

Description

Epiplatys guineensis est un membre du groupe E. fasciolatus. Il se distingue d' E. fasciolatus par son patron de coloration avec une pigmentation jaune sur la nageoire pelvienne, des marques jaunes vif sur l'extrémité de la nageoire caudale et l'absence de pigmentation bleue brillante sur les flancs et les nageoires.
Cette espèce diffère de tous les autres membres du groupe E. fasciolatus par sa pigmentation jaunâtre et ses taches jaunes sur les nageoires impaires, excepté E. olbrechtsi lequel présente des taches jaunes sur les nageoires. E. olbrechtsi connu en Côte d'Ivoire et davantage au Libéria présente des flancs bleu brillant et le premier rayon de la nageoire dorsale est situé au-dessus des rayons 7-8 de la nageoire anale. (vers 9-11 chez E. guineensis) (Romand 1992).

Mâle:
La coloration du mâle vivant dépend des conditions physiologiques; plusieurs barres obliques sombres sont présentes sur la moitié inférieure du corps, entre les nageoires caudale et pelviennes, particulièrement lorsque le poisson est stressé ou chez les jeunes spécimens des deux sexes. Sept barres sombres, obliques, sont présentes entre la caudale et les nageoires pelviennes et quelques 10-12 sont visibles entre nageoires caudale et pectorales. La région médiane du corps s'assombrit et montre une bande longitudinale sombre quand le poisson est stressé. La couleur normale est jaune clair avec des raies obliques rouge (y compris la région inférieure de la tête) entre les opercules et la nageoire caudale. La moitié inférieure du corps est jaune clair avec des rangées longitudinales de petits points rouge parfois visibles. Sur les opercules se trouvent 2 à 3 barres obliques rouge sombre. La mâchoire inférieure est soulignée par une bande sombre. Les
nageoires paires sont jaune pâle, les nageoires impaires ont un fond jaune pâle avec des points rouges lumineux concentrés sur la moitié postérieure des nageoires caudale, anale et la moitié antérieure de la nageoire caudale. Les parties inférieures des nageoires anale et caudale ont une fine bande marginale sombre. Une bande sub-marginale bleue est présente sur les zones marginales dorsale et ventrale de la nageoire caudale. La zone marginale postérieure de la nageoire caudale présente des marques jaune
vif.

Femelle:
Les femelles ont une teinte terne, brun pâle, avec des bandes rouges sur la moitié supérieure du corps. Quand le poisson est stressé, des barres et une raie longitudinale sombres sont nettement visibles sur les côtés du corps. Dans un comportement normal les nageoires impaires manquent de pigmentation jaune.


Origine géographique

Cette espèce fut collectée pour la première fois en 1979 par l'auteur lors d'un voyage en compagnie de G. Schmitt et A. Guignard. A cette époque Romand pensait qu'il s'agissait d'une nouvelle espèce mais ne parvenait pas à rapporter des spécimens vivants pour une étude approfondie permettant de comparer le patron de coloration avec celui des espèces apparentées. Malgré plusieurs voyages de collecte, ce n'est qu en février et novembre 1993 que ce poisson parvenait vivant en France. La description d' E. guineensis est basée sur des spécimens de la rivière Toukoudi, affluent de la rivière Konkouré, à 36 km au sud de la ville de Mamou, proche de la ville de Linsan, en Guinée

Ecologie : Epiplatys guineensis est un poisson endémique de la Guinée et plus spécialement du centre du bassin de la rivière Konkouré. Il est actuellement connu de dix localités du centre de ce bassin. Sa première collecte provenait de la rivière Toukoudi, petit affluent du Konkouré, au sud de la ville de Mamou. Par la suite il fut collecté dans plusieurs localités entre Kindia et le pont traversant la Konkouré, à l'ouest de Bangouya sur la route de Télimélé. Ce poisson est également présent dans la partie inférieure de la rivière Kakrima et ses affluents autour de Popodora, Labé et Pita et plusieurs localités sur la piste vers Tondon.





Espèces vivant à proximité

Les discussions du Forum

Créer une nouvelle discussion
Il n'existe pas encore de discussion pour cette killi-fiche.