Epiplatys chaperi sheljuzhkoi

300 vues
05-12-2019

Cette photo est en basse résolution. Les photos en haute résolution sont réservées aux adhérents. Connectez-vous ou adhérez au KCF pour en profiter.
Epiplatys chaperi sheljuzhkoi Bonoua
Epiplatys chaperi sheljuzhkoi Bonoua , Eduard Purzl

fiche Mémo

Groupe
10. Epiplatys, Aplocheilus, ...
Qualité de l'eau
Acidité (pH)
6.5 - 7.5
Conductivité (µS)
50 - 300
L'aquarium
Volume minimum
50 litres
Eclairage
Faible
Plantation
Normal
Les poissons
Taille
7 - 8 cm
Taille
5 - 6 cm
Incubation
12 à 15 jours
Durée de vie
2-3 ans
Type de pondeur
non-annuel
Répartition géographique
  • Côte d'Ivoire


Famille :Nothobranchiidae
Genre :Epiplatys
Espèce :chaperi sheljuzhkoi
Descripteur :Poll, 1953
Origine :Côte d'Ivoire
Prononciation :épi - pla - tis, cha – pé – ri, chel - jus - koï (mais le nom ne prend pas de tréma).
Référence :FT nº1979-029 parue le 1er juin 1979
Signification :dédié à M. Sheljuskoi

Populations connues : Abidjan, Bonoua, Plantation Rouchard

Description

Mâle: le corps gris clair bleuté peut devenir gris foncé pendant le frai.
Le ventre est blanc bleuté. Cinq rangs de gros points brun presque noir strient horizontalement tout le corps.
Les nageoires:
pelviennes incolores
ventrales jaunes
dorsale, en pointe, grise pointillée de gris foncé
anale longue et très effilée; partie haute grise, chaque rayon étant marqué d'un point gris foncé; partie basse jaune bordée d'un liseré gris foncé.
caudale grise bordée vers le bas d'un liseré jaune; chaque rayon étant souligné d'un trait gris foncé.
La bouche, très largement fendue, est soulignée de gris. Les yeux sont noirs.
Taille du mâle: 7 à 8 cm.

DESCRIPTION DE LA FEMELLE :
Le corps brun jaunâtre peut également virer au gris foncé pendant le frai. Le ventre est blanc jaune.
Les nageoires plus petite que chez le mâle, sont incolores légèrement jaunâtre.
La caudale est courte et arrondie.
Sur le corps: 5 rangées horizontales de points brun-rouge; 4 traits obliques noirs sur la partie arrière du corps; 1 trait plus épais noir à la hauteur des pelviennes. Les opercules sont également bordées d'un trait noir épais.
La bouche est largement fendue. Une large tache noire souligne le menton.
Taille de la femelle: 5 à 6 cm.


Maintenance et élevage

Maintenance : E. chaperi sheljuskoi se sentira à l'aise dans un bac spacieux (50 litres environ pour un couple), aménagé d'une pierre haute derrière laquelle il aimera se réfugier, de mousse de Java et de plante de surface. Il n'est pas exigent sur les condition de l'eau, mais préfère une eau douce et acide.
Dans de telles conditions, il frayera souvent et très vite; une cinquantaine de jeunes accompagnera ses parents dans une entente parfaite.
Devenus trop nombreux, je ne laissais que deux couples de jeunes qui atteignirent très vite la taille adulte ; grave erreur ; les mâles s'affrontaient et les alevins, peu de temps après leur naissance, étaient dévorés. J'en conclus qu'il est préférable de ne maintenir qu'un couple par bac. Par contre, plusieurs couples peuvent être maintenus en bac d'ensemble de killies, à condition d'avoir à peu près la même taille.

Reproduction : Différents modes de reproduction :
Méthode naturelle, dans un bac bien planté de mousse de Java, mais nombre d'alevins assez limités.
Dans un mop, on peut récupérer tous les jours jusqu'à cinquante oeufs.
Un couple, préalablement séparé pendant 8 jours, placé dans un petit bac tapissé de tourbe fibreuse pond jusqu'à 150 oeufs en une journée.

Lieu de ponte : Toute la hauteur du mop flottant

Elevage des alevins : Nourriture: à la naissance, les infusoires sont nécessaires, puis nauplies d'artémia et micro-vers. Ensuite, vers grindals, petits vers de vase. Dès le 4 ème mois, ils peuvent avaler les drosophiles dont ils raffolent, vers de vase et enchytrées.
Croissance: très lente, les deux premiers mois. Puis rapide dès qu'ils peuvent avaler les vers de vase et à condition d'avoir un grand volume d'eau.
On ne peut distinguer les sexes que vers l'âge de 3 mois et demi, les mâles ayant alors les mêmes raies obliques que la femelle; seule la forme de la caudale, courte et arrondie chez la femelle, peut permettre de les différencier.
Pourcentage mâle/femelle: j'ai obtenu environ 60 % de mâles.

Incubation : Les oeufs d'1 mm de diamètre, sont jaunâtre, brillants et très adhésifs. Laissés en eau, ils s'embryonnent dès le 4ème jour.
Les premiers alevins naissent au bout de 12 jours. Ils mettent 2 jours à résorber leur poche vitelline.
Une remarque : les oeufs embryonnés ne sont plus maniables car ils s'écrasent facilement.



Origine géographique

L'espèce a été découverte par sheljuskoi près d'abidjan, en Côte d'Ivoire. Elle est très commune dans beaucoup de biotopes différents près d'abidjan et jusqu'à 85 kms vers le nord, vers Agboville. En 1962, Clausen a pêché ce poisson à Ayenasi et Tikawbo au Ghana sud-occidental. Cette zone de distribution n'est pas très importante et E. chaperi sheljuskoi est remplacé par son voisin E. chaperi au nord et à l'est.

Ecologie : Provenance de la région d'Abidjan (Côte d'Ivoire). Trouvés dans une petite rivière à courant assez lent. Poissons cachés en bord de rive sous les plantes. Température: 22°C PH :6,8 DH: 1 à 2°. Un exemple d'habitat est cité par R. Romand: "canal d'irrigation dans une plantation de bananier. La largeur du canal était de 1,5 m avec une profondeur de 20 à 30 cm. Le fond argileux, couvert de nymphéas, procurait des cachettes pour des petits poissons comme Hemichromis bimaculatus pelmatochromis sp. et d'autres petits cichlidés. L'eau courait faiblement ou était stagnante dans certains endroits. Aucun autre Cyprinodontidé ne fut trouvé là."





Espèces vivant à proximité

Bibliographie

ROMAND R. "les Epiplatys chaperi de Côte d'Ivoire", Laboratoire d'ichtyologie et de parasitologie générale, Université des sciences et techniques du Languedoc.
Maryse et Alain PASSERON

Génétique

Données méristiques: D. 11. A. 16. D/A + 9 6 10; Ecailles LL 30-31 LT 22-24
Caryotype: n = 25 (Scheel, 1968)
Position systématique: Le statut d'espèce n'est pas partagé par tous les auteurs: ceux-là le considère comme une sous-espèce de E. chaperi. Citons R. ROMAND (1978):


Conclusion

Espèce aux moeurs très intéressantes, d'une reproduction assez aisée.

Les discussions du Forum

Créer une nouvelle discussion
Il n'existe pas encore de discussion pour cette killi-fiche.