Fundulopanchax oeseri

288 vues
01-12-2019

Cette photo est en basse résolution. Les photos en haute résolution sont réservées aux adhérents. Connectez-vous ou adhérez au KCF pour en profiter.
Fundulopanchax oeseri
Fundulopanchax oeseri sans population adulte, Olivier Buisson

fiche Mémo

Groupe
1. Fundulopanchax
Qualité de l'eau
Acidité (pH)
6 - 6,4
Conductivité (µS)
50 - 130
L'aquarium
Volume minimum
20 litres
Eclairage
Faible
Plantation
Dense
Les poissons
Taille
6 - 8 cm
Taille
6 - 8 cm
Maturité
4 mois
Incubation
3 à 6 semaines
Durée de vie
3 ans
Type de pondeur
semi-annuel
Répartition géographique
  • Guinée Équatoriale


Famille :Nothobranchiidae
Genre :Fundulopanchax
Espèce :oeseri
Descripteur :Schmidt, 1928
Origine :Guinée Équatoriale
Prononciation :OEU - Zé - Ri
Référence :FT nº1978-15 parue le 1er avril 1978
Synonymes :Fp. Santaisabellae (Scheel, 1968)
Signification :dédié au Docteur OESER

Populations connues : Bioko GEMHS 00-45, CI 92, Ela Nguema GEMLBJ 03-01, GS 88-02, Malabo, Riachuelo cruza la carretera Malabo-Luba GEMLBJ 03-04

Description

Sur le corps du mâle, sept lignes rouges sur la partie antérieure, puis se réduisant à trois. Les flancs sont bleu-vert. Caudale ponctuée, avec deux bandes marginales noires. Dorsale jaune, avec une fine bande submarginale rouge et une bande marginale blanche. Anale orangée.


Comportement

Espèce calme, préférant les zones ombragées. C’est d’ailleurs dans ces zones qu’il est le plus en valeur. Maintenu sans problème avec Fp. gardneri.
Il se tient dans la partie basse du bac, mais c'est un très bon sauteur.


Maintenance et élevage

Maintenance : Fp. oeseri se contente, comme beaucoup de killies de sa taille, d’un bac moyen d’une vingtaine de litres. Le couple reproducteur que j’ai obtenu venait de la région de Paris et vivait en eau douce. Je l’ai habitué progressivement à l’eau du robinet. Au début, j’avais mis 2/3 d’eau de pluie (récoltée sur un toit en “éternit” et gouttière en plastique) et 1/3 d’eau du robinet. Siphonnage d’un quart du bac chaque semaine avec remplacement par de l’eau du robinet. Dans le bac, une poignée de tourbe filamenteuse pour tamponner l’eau. Température : 18 à 210C ; pas de sol ; plante : fougère de Java. Un petit filtre intérieur qui assure également l’aération. Le Poisson aime les nourritures vivantes (daphnies enchytrées...), le coeur haché et les nourritures sèches (surtout le Tabimin).
Poisson ne semblant plus exister en milieu naturel : il est donc important de le sauvegarder dans nos bacs.

Nourriture : C’est un mangeur moyen, pas très difficile à habituer à une nouvelle nourriture.
Préfèrera du vivant.

Reproduction : Un bac moyen est suffisant : 30x20x20 Je n’attache pas d’importance à l’eau dont la moitié est de l’eau vieillie. Dans le bac deux milieux de ponte : un mop et de la tourbe filamenteuse. Température : 20-21C. Pas de sol. Pas de plante. Un petit filtre intérieur. Le couple est séparé quelques jours en le nourrissant bien (nourriture vivante si possible). Aussitôt réunis, le mâle prend ses plus belles couleurs et poursuit la femelle mais sans brutalité. La ponte commence aussitôt, aussi bien dans le mop que dans la tourbe. Les oeufs, moyens, sont adhésifs.

Lieu de ponte : sur tourbe au fond du bac et sur le mop coulant.

Elevage des alevins : Comme pour beaucoup de killies, pas de difficultés. Au départ : infusoires. J’ai résolu le problème infusoires en utilisant l’eau de mon bassin de jardin. Un examen au microscope me renseigne sur la quantité. Ensuite, nauplies d'artémias, micro-vers, enchytrées... La croissance est normale et s'inscrit dans la moyenne de croissance des Aphyosemions.
Croissance plutôt lente.

Incubation : La première ponte obtenue, sitôt l’acquisition du couple reproducteur, n’avait donné que des oeufs blancs. Par la suite, j’ai d’abord gardé les oeufs sous eau. Le résultat fut médiocre : peu de naissances. J’ai utilisé la méthode à sec (les oeufs gardés dans la tourbe légèrement humide). Les résultats étaient nettement meilleurs. Durée d’incubation : 3 semaines environ.
J’ai obtenu, sans le chercher, des reproductions naturelles. A ma surprise j’ai découvert des alevins dans le bac des parents. J’ai aussitôt récupéré le riccia qui flottait dans les autres bacs et de cette façon, j’ai réussi à sauver les alevins. Par la suite j’ai adopté cette méthode naturelle pour mes reproductions en faisant pondre mon couple une dizaine de jours et en le retirant après ce délai. C’est une méthode simple, qui ne demande pas beaucoup de travail et procure de bons résultats.
Remarque : M. POIRIER (KCF6) à qui j’avais donné des alevins, obtient très facilement des reproductions en récoltant les oeufs et en les gardant sous eau. Dans les différentes pontes apparaît un équilibre entre le nombre de mâles et de femelles.



Origine géographique

Endémique de l’île de Bioko (ex Fernando Poo) près de la Capitale Malabo (Santa Isabel). L’éventualité de sa présence sur le continent (TREWAVAS I972) est improbable et a été contestée par SCHEEL puis RADDA. (D’après SCHEEL 1968) : Une mare (100 sur 200 mètres) près de Santa Isabel reliée au Rio Consul par un petit ruisseau de 30cm de large. L’espèce serait restreinte au Rio Consul, étant remplacée par un phénotype du groupe bivittatum (Lönnberg, 1895) plus au Nord de l’île. La plupart des spécimens étaient présents dans des fossés très peu profonds. Aucun autre Poisson n’a été observé mais dans le ruisseau collecteur, Epiplatys sexfasciatus Gill, 1862 était présent avec Fp. oeseri. Ailleurs, Barbus camptacanthus est fréquent. Hydrochimie : DH : O,5 ; Dureté temporaire : O,7 — pH : 6,2.





Bibliographie

• WATTEEUW (1974) Aphyosemion oeseri, Aphyosemion santaisabellae ou les contradictions d’un spécialiste. L’Aquariophile Franco-Belge 3 (II) p. 34-36.

Conclusion

Un poisson calme, qui est élevé facilement. Pas très difficile pour l’eau et la nourriture, il préfère un éclairage pas trop fort. Fp. oeseri est une espèce sans problème.

Les discussions du Forum

Créer une nouvelle discussion
Il n'existe pas encore de discussion pour cette killi-fiche.